Utiliser Géoclip pour suivre ses ventes

Utiliser Géoclip pour suivre ses ventes, et plus globalement l'ensemble de ses activités, c'est ce que fait le groupe de presse Sipa-Ouest-France, depuis 4 ans. Ce groupe, qui possède le premier titre de presse quotidienne régionale de notre pays, Ouest-France, utilise Géoclip pour communiquer à l’ensemble des collaborateurs ses indicateurs d’activité : des données commerciales de diffusion et d’audience, mais aussi des données chiffrées sur l’information de proximité délivrées aux lecteurs.

L’observatoire Géoclip est un lieu « ressource » pour accéder à ces indicateurs « métier » en relation avec les données socio-démographiques de l’Insee. Ces indicateurs sont complétés par la connaissance des zonages de vie (bassins de vie, communautés de communes) et professionnels (zones d’édition, zones de publicité…). La visualisation et la facilité d’accès à cette multitude de données donne à chaque collaborateur l’opportunité de connaître le territoire sur lequel il intervient et de répondre aux questions posées.

C'est en 2014 qu'a été élaboré l'outil cartographique, basé sur Géoclip O3, dont nous vous avions parlé ici : Un outil de géomarketing. Cet outil cartographique est accessible à un grand nombre d'utilisateurs, partout sur le territoire couvert par le groupe, à partir d'une simple connexion internet.

Aujourd'hui, le groupe SIPA- Ouest-France a choisi de poursuivre  avec Géoclip, qui lui donne entière satisfaction, et a opté pour une migration vers la nouvelle version Air. Pas plus que pour la version précédente, il n'est possible de donner accès à l'outil, qui reste réservé à un usage interne, en raison de la confidentialité des données proposées.

Toutefois, ce qu'il est intéressant de souligner est la facilité avec laquelle le passage de O3 à Air a été effectué. Pourtant, le défi à relever semblait de taille car la base de données associée est particulièrement volumineuse :

  • Certains indicateurs sont disponibles jusqu'au niveau géographique de l'Iris, mais aussi par commune pour différentes années (l'ouest a connu ces dernières années de nombreuses recompositions communales) et par différents découpages territoriaux "métier" (secteurs de distribution, de prospection...).
  • L'arborescence donne accès à un très grand nombre d'indicateurs, répartis en une dizaine de domaines et environ 200 thèmes, proposant des données internes, produites par le groupe lui-même, des données en provenance de l'ACPM (Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias, anciennement OJD), ainsi que des données statistiques générales, principalement obtenues de l'Insee.
  • La dimension temporelle est exploitée à plein, avec des indicateurs disponibles en séries annuelles et même en séries mensuelles dans certains cas, pour un suivi des ventes le plus précis possible.
  • La possibilité de décliner certains indicateurs par catégories a aussi été largement mise à profit, afin de distinguer par exemple les différents titres suivis.

La base de données est volumineuse, mais elle est très rigoureusement structurée. De ce fait, la migration de O3 vers Air s'est effectuée aisément, avec l'aide des procédures d'agrégation automatique. La mise à jour se fera ensuite chaque mois, de façon automatique, grâce à des procédures d'alimentation programmées.