Cartographier l’activité des établissements de santé

18,5 millions de séjours par an. C'est l'activité annuelle globale des établissements de santé en médecine, chirurgie et obstétrique, telle qu'elle est enregistrée en 2016, 2017 et 2018, dans le PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information), base de données administrée par l'ATIH (Agence Technique de l'Information sur l'Hospitalisation). Tous ces séjours sont comptabilisés dans un des 1 500 établissements et répertoriés en fonction des disciplines (orthopédie, pneumologie, ophtalmologie, uro-néphrologie, etc.) selon une nomenclature détaillée en 40 catégories. Ils sont aussi enregistrés en fonction du code postal des patients ; cela permet (entre autres utilisations possibles) de mettre en relation la localisation des établissement de soins et le lieu de résidence des personnes qui doivent s'y rendre, en fonction des pathologies.

La base du PMSI existe depuis une vingtaine d'années, elle est utilisée  pour une application de Cartographie de la consommation et de la production de soins depuis 2002. La Cartographie s'est enrichie au fil du temps de tous les secteurs de l'activité médicale en établissements de soins : hospitalisation à domicile, soins de suite et de réadaptation, psychiatrie. Elle vient d'adopter la plateforme Géoclip Air, pour une 3ème refonte majeure. Elle constitue un élément important des informations mises à disposition par l'ATIH sur son site ScanSanté.

Voici quelques explications techniques pour mieux comprendre ce qui se cache sous le capot de cette application de cartographie interactive.

La base de données est évidemment entièrement anonyme. Elle est agrégée à un niveau géographique correspondant à des regroupements de codes postaux, construits pour respecter les règles du secret statistique. L'outil permet d'obtenir par agrégation des résultats aux niveaux géographiques supérieurs : territoires de santé, départements, régions. 

Les données portent sur les établissements de tous les champs d'activité : MCO (médecine-chirurgie-obstétrique), SSR (soins de suite et de réadaptation), hospitalisation à domicile et psychiatrie. Le classement utilisé pour catégoriser les actes enregistrés dans la base s'effectue à partir de regroupements de GHM (groupements homogènes de malades), pour obtenir une nomenclature en 40 postes.

En plus du secret statistique, des règles strictes de sécurité sont employées pour protéger et contrôler l'accès aux données, qui ne sont utilisées qu'à des fins d'analyse statistique.

Une autre dimension exploitée dans cette application de cartographie est la dimension temporelle. Les données sont disponibles en évolution sur 4 ans, de 2015 à 2018.

Une approche croisée par établissement et par territoire

rapport CartoPMSILa richesse de cette application permet d'adopter différents axes d'analyse. Des cartes des pôles d'attraction permettent de visualiser, d'un point de vue global, où se rendent principalement les patients, selon les différentes disciplines. D'un autre point de vue, en choisissant d'abord un établissement donné, des cartes en symboles proportionnels du nombre de séjours par discipline montrent d'où viennent les patients, c'est-à-dire l'aire de recrutement de cet établissement.

L'application dispose de multiples outils de sélection géographique : par clic sur une ou plusieurs unités géographiques, par zone englobante, par distance ou par temps d'accès. Cette sélection peut faire l'objet d'un rapport, qui détaille par exemple pour chaque discipline MCO , la répartition des séjours par établissement et l'évolution du nombre de séjours ces 4 dernières années.

Pour mieux appréhender toute la richesse de l'information mise à disposition dans cette application de Cartographie de la consommation et de la production de soins, la meilleure solution est de s'y plonger : https://cartographie.atih.sante.fr/. La page d'accueil, personnalisée pour l'ATIH, permet d'accéder directement à 3 grands espaces : afficher des cartes de consommation, production de soins et pôles d'attraction, éditer un rapport de territoire sur mesure, charger et cartographier des données externes.


Cartographie PMSI

Pour se souvenir d'où vient Géoclip, voici une image d'archives. Il s'agit de la première carto PMSI et c'était en 2002 ! À cette époque, les capacités sur le web ne permettaient pas encore d'afficher directement une carte de France entière. L'accès se faisait donc région par région. Mais les « fondamentaux » de Géoclip étaient déjà présents :

  • un large espace dédié à la représentation cartographique,
  • une carte réellement interactive, au survol et au clic,
  • des représentations cartographiques rigoureuses, soigneusement légendées,
  • une interface qui permet à l'utilisateur de "jouer" avec la carte.

Depuis les technologies ont fait de gros progrès, mais les principes de base demeurent 😉