Visualize and compare zoning overlays with Géoclip Air

Géoclip est connu pour sa maîtrise de la cartographie thématique et sa capacité à produire des représentations cartographiques impeccables. Il sait aussi faire bien d'autres choses. Par exemple, une innovation proposée par la nouvelle version Géoclip Air est l'espace de travail consacré aux zonages. Read more

Geoclip, it’s like an iceberg!

Dans un iceberg, il y a la partie visible et la partie immergée. Dans Géoclip, c'est pareil : la partie visible, c'est l'interface utilisateur (1). Et puis, comme dans un iceberg, il y a le reste, moins visible mais tout aussi important. Nous avons en permanence en tête trois points-clés, qui sont performance, sécurité et accessibilité.

Read more

In Geoclip Air’s kitchen: backups and replication

Dans les précédents articles consacrés à Géoclip Air, la nouvelle version de Géoclip, nous vous parlions de la partie la plus visible : l'interface utilisateur. C'est évidemment important car c'est ce qui se voit en premier. Toutefois, notre chantier de rénovation va plus loin encore et englobe également les outils destinés aux administrateurs d'observatoires Géoclip. Pour que les utilisateurs puissent consulter, explorer, analyser, cartographier des données statistiques, cela suppose que les administrateurs préparent, organisent, vérifient, actualisent ces dernières. Pour ce faire, ils disposent d'outils souvent appelés, en jargon informatique, "back office". Chez nous, nous les avons baptisés la "cuisine" !

cuisineTout comme l'interface utilisateur, notre "cuisine" connait, avec l'avènement de Géoclip Air, des changements importants. D'abord rendue nécessaire par le changement de technologie, la nouvelle version des outils de gestion va plus loin encore, dans le sens de simplifier le plus possible la tâche des administrateurs.  Il s'agit d'automatiser tout ce qui peut l'être, afin de faciliter l'import de nouvelles données, leur agrégation, la mise à jour des référentiels géographiques et des fonds de cartes, etc.

La nouvelle "cuisine" intègre également de nouveaux processus, conçus pour sécuriser les mises à jour. Un observatoire Géoclip est généralement accessible à un grand nombre d'utilisateurs, voire au "world wide web". Il arrive parfois que certains administrateurs soient inquiets à l'idée de "tout casser" ; tout est donc fait pour les rassurer ! Il s'agit de ne pas courir le risque, par une fausse manip', de perturber l'accès à l'observatoire. L'idée générale est donc d'effectuer d'abord les mises à jour dans un environnement de pré-production, de les tester, de les valider, avant de les transférer dans l'environnement de production. L'opération s'appelle la réplication de l'observatoire.

L'environnement de production dispose de deux versions de l'observatoire : l'application de validation et l'application de production. La première n'est accessible que par l'administrateur, la seconde correspond à l'observatoire publié en ligne. Les étapes d'une mise à jour sont donc les suivantes :

  1. préparer et tester une mise à jour dans l'environnement de pré-production,
  2. sauvegarder l'application,
  3. transférer la sauvegarde vers l'environnement de production,
  4. charger la sauvegarde dans l'application de validation,
  5. permuter l'application en validation vers l'application en production.

Il est à tout moment possible d'intervertir validation et production, ce qui permet de revenir facilement à l'état précédent. C'est presque aussi simple que de faire "CTRL Z" !

schéma replication Géoclip Air

If you knew all that Geoclip can do!

Géoclip sait organiser de larges choix de données statistiques localisées, pour les représenter sur  des cartes et mettre en lumière des distributions géographiques. C'est la base, le socle à partir duquel Géoclip a progressé depuis ses débuts, il y a plus de 15 ans. Géoclip est aussi capable de proposer des représentations plus originales, pour des données plus spécifiques. En voici 3 exemples, qui pourront peut-être paraître anecdotiques, mais qui montrent toute la puissance contenue dans le modèle sur lequel se base Géoclip. Read more